Rééquilibrage alimentaire

5 idées reçues sur la fréquence des repas

Temps de Lecture: 10 min

J’ai parfois été dupé par des nutritionnistes, sportifs et médecins sur certaines questions, et celle-ci en fait partie.

Leur volonté n’était pas de me nuire, bien au contraire, mais leur statut de « sachant » m’a tout simplement leurrer, car je ne pouvais imaginer que des personnes que je percevais comme des spécialistes, puissent mal m’informer sur des questions centrales sur la santé et la perte de gras.

J’ai à présent compris qu’ils répètent malheureusement de vieilles croyances ou des faits basés sur une seule étude, qu’ils ne prennent pas le temps de se remettre à jour et également de vérifier leurs sources avant de répéter (de fausses informations).

Afin de vous éviter cela, je vous ai concocté un article rien que pour vous, afin de ne pas tomber dans le piège des idées reçues et de l’accumulation de gras et mauvaise santé que cela peut provoquer.

Voici pour vous les 5 idées reçues sur la fréquence de vos repas.

1. Manger fréquemment stimule votre métabolisme

C’est totalement faux, bien que cette idée soit très largement répandue dans les milieux sportifs cela n’en demeure pas moins une idée reçue.

Les rares études qui valident cette idée sont des études à court terme, ce qui de plus est réfuté par de nombreuses autres études et le reste des études montre que le fait de prendre plein de petits repas n’a aucun effet sur le métabolisme.

L’idée de départ des défenseurs de cette « thèse » est que plus vous mangez souvent et plus vous brulez de calorie.

C’est mal connaitre le corps humain, il a son mode de fonctionnement et sa propre logique.

Pour votre corps, l’augmentation de la fréquence de vos prises de repas n’a pas d’effet sur votre métabolisme ni sur le nombre total de calories brulées (1).

L’état initial de votre métabolisme et son état final à aliments et calorie égale sera traité par la même énergie interne même si vous faites beaucoup de petits repas, l’effet thermique et donc nul, cela n’augmentera pas votre métabolisme.

Beaucoup de personnes pensent que manger plus souvent permet une augmentation du métabolisme, mais si vous mettez sur une table de quoi manger 2000 calories, que vous finissiez ces aliments en un repas ou en dix repas, votre corps utilisera la même énergie dans les deux cas.

C’est là que le jeûne séquentiel fait toute la différence, car lui augmente votre métabolisme grâce aux effets positifs en chaine qu’il actionne.

Le fait de manger de nombreux repas aura en plus pour effet de provoquer de multiples pics d’insuline donc de stockage de gras.

Donc en plus d’être inefficace pour augmenter votre métabolisme le fait d’augmenter la fréquence de vos repas vous fait prendre du gras.

Manger plus souvent est donc une très mauvaise idée.

 

2. Manger fréquemment aide à réduire la sensation de faim

De nombreuses personnes pensent que les collations aident à prévenir les fringales et la faim.

C’est tout à fait normal de le penser, car cette idée est très largement diffusée dans les milieux sportifs et autres…

Sachez qu’il n’y a aucune preuve cohérente sur le fait que manger plus souvent réduise la faim ou l’apport calorique.

Nombreuses sont les études (2,3) démontrant que dans un état d’équilibre énergétique, l’augmentation de la fréquence des repas, et donc la diminution de l’intervalle entre les repas, peut empêcher de grandes fluctuations métaboliques et favoriser la prise de gras, tout en augmentant l’envie de manger.

Vous connaissez surement l’expression « l’appétit vient en mangeant » cela ne signifie pas que si vous n’avez pas faim, la faim viendra en mangeant, cette expression signifie que plus on à plus on veut.

C’est exactement ce qui se passe avec la nourriture, plus on en mange plus on a envie d’en manger, c’est surtout flagrant avec les confiseries et autres produits industriels…

La pratique régulière du jeûne séquentiel aide à réduire la sensation de faim, contrairement à la consommation régulière de collation qui entretient ce ventre qui vous tiraille, car vous l’habituez à manger souvent et régulièrement donc la faim se fait plus souvent et plus régulière.

 

3. De nombreux petits repas peuvent vous aider à perdre du gras

La plupart des études montrent que la fréquence des repas n’a pas d’effet sur la perte de gras.

Une étude (4) publiée par Oxford University Press au nom de l’Institut international des sciences de la vie nous explique que les résultats des études indiquant que de nombreux repas aident à perdre du gras doivent être pris avec circonspection, car ces résultats sont le produit d’une seule étude.

Donc cette relation inverse notée entre la fréquence de l’alimentation et l’adiposité est à prendre avec des pincettes, car elles se basent toutes sur la même étude…

Comme je vous l’ai dit, il y a encore à l’heure actuelle une perception au sein de la communauté sportive, et chez certains nutritionnistes, que manger plusieurs petits repas espacés tout au long de la journée est bénéfique pour perdre du gras et pour votre santé métabolique.

Pourtant, l’expérience « terrain » ainsi que les études ne vont pas dans le sens de ces preuves épidémiologiques.

De plus en plus nombreuses sont les preuves et les données qui émergent afin de nous montrer l’impact ultra bénéfique du jeûne séquentiel, c’est-à-dire de l’augmentation de la période de jeûne entre les repas et de l’impact bénéfique sur la perte de gras, et l’augmentation du métabolisme.

Manger plus souvent n’a pas d’effet sur l’équation de l’équilibre énergétique, il n’a donc aucun effet sur la perte de gras.

 

4. Le cerveau a besoin d’un approvisionnement constant de glucose

Comme j’aime à l’expliquer, le glucose présent naturellement dans les légumes et les fruits est le seul sucre dont votre cerveau a vraiment besoin, le reste ne lui est pas indispensable, voire même souvent inutile et néfaste !

Par contre, votre cerveau est certes un grand consommateur de sucre, mais l’idée très répandue et que vous avez surement entendu ou lu disant qu’il vous faut manger des glucides (sucres) toutes les quelques heures sous peine d’un cerveau en manque d’énergie est totalement fausse.

C’est encore une fois mal connaitre le fonctionnement génial de votre corps.

Votre corps est incroyable, car il peut grâce à un processus nommé gluconéogenèse, produire son propre sucre, donc reposer moi cette barre chocolatée vous n’en avez pas besoin 😁.

Beaucoup de médecins et des nutritionnistes pensent que le cerveau fonctionne exclusivement avec du glucose, ce qui est totalement faux, car il se nourrit également de cétones.

Votre cerveau dépend du glucose comme substrat d’énergie de base, mais il est capable d’utiliser des cétones telles que le bêta-hydroxybutyrate (bêta HB) et l’acétoacétate (AcAc), comme cela se produit avec le jeûne séquentiel.

Le jeûne séquentiel permet l’apport de cétones à votre cerveau. Lorsqu’il est privé de nourriture, votre corps produit des molécules appelées « cétones » à partir de ses propres réserves de lipides (de gras)

Les cétones deviennent alors la principale source d’énergie du corps en l’absence de glucose.

Avant même l’apport de cétones induit par le jeûne séquentiel, votre corps a stocké du glycogène (glucose, sucre) dans votre foie, il peut l’utiliser pour alimenter votre cerveau et ce pendant de nombreuses heures.

Donc non vous n’avez pas besoin d’une source constante de sucre sous peine d’une panne de cerveau.

Oui, la pratique du jeûne séquentiel vous permet de perdre du gras tout en alimentant votre cerveau avec un meilleur carburant que le sucre, car les cétones (ou corps cétoniques) sont un meilleur carburant pour votre cerveau que le sucre, puisque le bêta-hydroxybutyrate (bêta HB) agit comme un carburant plus efficient que le glucose. Les corps cétoniques sont le carburant le plus économe en énergie et donnent plus d’ATP.

L’ATP est le donneur immédiat d’énergie libre de très loin le plus important dans votre système biologique.

Une étude (5) nous apprend même qu’en plus les cétones maintiennent vos neurones en vie.

Le jeûne séquentiel en tant que jeûne de courte durée permet également une autophagie (forme de nettoyage cellulaire) neuronale profonde (6).

 

5. Manger souvent et grignoter est bon pour la santé

C’est totalement faux et cela n’est pas bon pour vous et votre physiologie.

L’histoire de l’espèce humaine est jalonnée de période de pénurie et votre corps sait parfaitement gérer les moments de jeûnes, ils lui sont même très bénéfiques dans le cadre du jeûne séquentiel.

L’évolution de l’être humain est basée sur des périodes alimentaires et des périodes de jeûne, vous êtes donc programmé pour cela.

En réalité, votre corps gère très mal l’apport constant de nourriture qui l’entraine vers la prise de gras, la baisse de vos défenses immunitaires, qui accroit le risque d’inflammation des artères, d’hypertension artérielle, de maladie rénale chronique, de maladies du foie…

Il a été prouvé à de multiples reprises que le jeûne séquentiel induit un processus de réparation cellulaire appelé autophagie, où les cellules décomposent et recyclent des partis subcellulaires dysfonctionnelles afin de permettre la recomposition de cellules saines.

L’autophagie permet le renforcement de votre système immunitaire à l’échelle de la cellule, en permettant l’élimination des pathogènes intracellulaires.

L’autophagie aide à ralentir le vieillissement de votre corps et à vous protéger des maladies comme la maladie d’Alzheimer, et selon différentes études, peut même réduire vos risques de cancer (78).

La vérité est qu’un jeûne séquentiel présente toutes sortes d’avantages pour votre santé métabolique (91011).

Le grignotage, et le fait de manger trop souvent, peuvent avoir des effets négatifs sur votre santé et augmenter vos risques de maladies tout en augmentant votre prise de gras et vont également augmenter votre risque de maladie du foie (12).

Il existe aussi quelques études d’observation qui montrent que les personnes qui mangent plus souvent ont un risque beaucoup plus élevé de cancer colorectal (1314)

Ce n’est tout simplement pas « naturel » pour votre corps d’être constamment nourri.

Conclusion : je viens de faire tomber un mythe de plus basé sur pas grand-chose et très répandu.

Non, il n’est pas bon pour vous si vous voulez perdre du gras d’augmenter la fréquence de vos repas, ce qui n’est pas bon également pour votre santé non plus.

Le jeûne séquentiel va à l’opposé de cela tout en vous permettant de manger à votre faim tout en perdant du gras, magnifique !

Maintenant à vous de jouer !

 

Pensiez-vous que manger des collations était une bonne idée pour perdre du gras ?

Quelle est la fréquence de vos repas ?

 

 

VOUS ÊTES AU TOP !!!

 

Partager l'article :

2 commentaires

  • Laurent Juraver

    Bonjour Chapeline !

    Oui en effet les collations semblent à première vu être une bonne idée et pourtant…

    Deux repas par jour et sans prendre de petit-déjeuner, je ne peux qu’approuver 👍.

    Cela ressemble fortement au jeûne séquentiel et aux conseils que je donne dans mes articles 😉

    Merci pour l’enthousiasme et le commentaire 😊

    VOUS ÊTES AU TOP !!!!

  • Chapeline

    Bonjour Laurent,

    Cela faisait longtemps que je ne vous avais pas lu.

    Article très intéressant sur les idées reçues, effectivement j’en connaissais bien une sur le fractionnement des repas.

    Effectivement les collations pour ma part ne contribuaient pas à la perte de gras, juste à me faire plaisir 😁😁.
    Je prends 2 repas par jour le midi et le soir et boit de l’eau, du thé voir des infusions le tout sans sucre.

    Bon article comme d’habitude 👍👍
    #uncorpsautop

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.