Rééquilibrage alimentaire

❌ STOP À L’ALIMENTATION ÉMOTIONNELLE (SANS FAIM)

Temps de Lecture: 22 min

C’EST QUOI L’ALIMENTATION ÉMOTIONNELLE ❓

 

 

La nourriture émotionnelle, c’est le fait de manger sous le coup d’une émotion (peur, joie…), car les émotions peuvent créer une sensation de faim. C’est ce que l’on appelle manger ses émotions. Ce qui amène à manger sans même avoir faim (parfois sans fin ce qui vous fait prendre du gras).

La nourriture pour faire diversion d’un mal plus profond :

Chaque personne a son histoire, son rapport à la nourriture venant parfois de l’enfance. Les parents jouent un rôle important dans le rapport à la nourriture des enfants.

Vous pouvez manger vos émotions de différentes manières, de façon impulsive, une envie soudaine et irrépressible de manger ou manger en continu des aliments gras et sucrés à la moindre contrariété et même sans contrariété apparente…

Nous pourrions dire à ce stade que le problème est l’excès alimentaire dû aux émotions.

Mais pas du tout! Le problème n’est pas l’émotion qui est un cadeau de la vie, mais la manière dont vous la gérez.

Vous ne voulez pas de ces comportements alimentaires, mais vous ne pouvez vous empêcher de les avoir. Lorsque vous avez des émotions que vous ne voulez pas avoir, pour moins les ressentir ou pour ne pas avoir à y réfléchir, vous comblez cette émotion (ressentie parfois comme un vide, une douleur…) en l’anesthésiant par la nourriture.

Pour vous consoler vous allez consommer de la nourriture souvent grasse, sucrée, car cela déclenchera une réponse hormonale, une brève impression de bien-être dû à la sérotonine. Ce mode de fonctionnement, s’il est occasionnel, est tout à fait normal.

Par contre, s’il devient habituel donc quasi systématique, il favorise mal être, déséquilibre hormonal et prise de gras.

 

À QUOI SERT L’ÉMOTION 🤔?

 

Les émotions sont issues d’un processus d’évaluation et d’adaptation.

L’être humain est le plus émotif de tous les animaux sur cette planète !

Vous savez quoi ? C’est une excellente nouvelle, car l’émotion est centrale elle est inhérente à votre survie. S’il n’y avait pas d’émotions, vous ne seriez pas en vie.

Émotion du latin « emovere » signifie « mettre en mouvement ». Quand vous ressentez une émotion, il s’agit donc de quelque chose qui se met en mouvement et ce quelque chose vous le ressentez en vous.

L’émotion est un langage qu’il faut apprendre à déchiffrer pour ne pas le subir. C’est un outil exceptionnel dont vous pouvez vous servir pour passer à l’action. C’est un support à la motivation, à la performance, mais aussi à l’adaptation et aux relations sociales.

Parfaite pour augmenter votre attention, sentir l’importance du moment, pour être plus éveillé, pour mobiliser vos ressources mentales, physiques…

C’est l’émotion qui crée le moteur pour vos comportements, un évènement lié à une émotion sera plus facilement mémorisé. C’est l’émotion qui fait que vous allez prendre vos décisions et ainsi être (ou pas) adapté à un environnement.

 

LE CHEMINEMENT DE VOS ÉMOTIONS

EN DEUX TEMPS :

Premier temps : l’instinctif

Avant que vos émotions puissent se voir entre autres sur votre visage, il y a tout d’abord un processus physiologique servant à offrir une réponse immédiate.

Vos comportements s’enracinent dans des évènements métaboliques inconscients, dans un système nerveux autonome comprenant des fonctions involontaires (digestion, respiration…).

C’est votre système nerveux autonome mené par l’hypothalamus qui va orchestrer les réactions physiologiques adaptées, ce qui implique tout votre organisme :

Système cardio-vasculaire (augmentation du rythme cardiaque), hormonal ( cortisol…), musculo-squelettique (posture, afflux sanguin dans les muscles) amplitude respiratoire (accélération de la respiration)…

Deuxième temps : l’analyse

Dans ce deuxième temps votre cortex préfrontal (zone où œuvre les processus de votre personnalité), vous aide à contrôler les impulsions, gérer les émotions et à prendre une décision pour réagir à l’information.

Je viens de décrire le processus se déroulant lors de la perception d’une information à travers vos sens, mais vous pouvez également vous créer vous-même des émotions à travers la réflexion et l’imagination.

Par exemple, la joie d’un bon repas ou la peur du regard des autres.

Vous raisonnez à partir de vos émotions. Il y a donc une partie instinctive automatique. C’est sur la deuxième partie que vous pouvez et devez avoir une maitrise pour être acteur conscient de ce que vous faite, pour ne pas tomber dans le côté néfaste de l’alimentation émotionnelle.

L’ALIMENTATION ÉMOTIONNELLE N’EST PAS FORCÉMENT NÉFASTE

 

Le problème serait même l’alimentation sans émotion, l’alimentation où l’on mange sans même y penser, en regardant la télévision, en marchant, en pensant à autre chose…

J’adore manger mes émotions et je le fais de manière consciente, je ne mange jamais inconsciemment, je prends toujours la décision de manger, la nourriture n’est pas mon maître à table c’est moi qui décide de me mettre à table ou non.

D’ailleurs, c’est aussi pour cela que je pratique le jeûne séquentiel pour garder le plaisir de manger et avoir conscience de l’importance de chaque repas.

Le jeûne séquentiel est une excellente solution pour reprendre plaisir et contrôle sur votre alimentation.

L’alimentation émotionnelle, c’est aussi des émotions très plaisantes, comme lors d’un anniversaire ou d’un évènement où l’on partage un repas avec des personnes que l’on aime.

Il n’y a ici pas d’émotion négative au contraire les bras sont ouverts vous vous sentez aimé, respecté, utile…

Un cocktail de bonnes émotions dont vous vous nourrissez également.

Alors peut-être que la réponse serait de fêter votre anniversaire plus souvent ou de faire en sorte de ne plus ressentir d’émotions négatives ?

Eh bien non, car cela ne changera pas votre mode de fonctionnement physiologique faisant que vous répondrez à nouveau face à certains évènements émotionnels par la nourriture.

Lutter contre vos émotions et une chose vaine, le mieux que vous ayez à faire est de les accueillir, de les accepter, car elles se manifestent en vous, quotidiennement et c’est à vous de faire en sorte qu’elle ne soit pas une prison.

Observer, identifier, apprendre et accepter les émotions de façon générale (et non pas seulement celles liées à la nourriture), vous libérera de la nourriture émotionnelle (sans faim) , vous apportera de véritables gains dans votre vie.

Selon le chercheur Antonio Damasio et sa théorie des marqueurs somatiques, les émotions et la raison sont la même chose.

Chaque stimulus extérieur que vous vivez est associé à une réponse émotionnelle, et ce lien est enregistré , dans votre cortex préfrontal. Quand par la suite vous vous retrouvez face à un stimulus similaire, cela réactivera les émotions associées.

Ainsi grâce à un regard neuf, vous englobant vous-même dans l’acceptation de qui vous êtes, votre rapport à la nourriture change.

Vous pouvez alors ressentir et comprendre que c’est vous qui associez certaines nourritures à vos propres émotions. Ainsi vous vous libéré de cette création d’affects venant parfois de l’enfance ou la nourriture (souvent sucrée) était une récompense ou un moyen de calmer vos peines.

Mais attendez de quelle faim je vous parle au juste ?

 

LES 9 TYPES DE FAIM

Pour savoir répondre avec justesse à votre faim, il serait déjà bon de savoir reconnaitre quelles sont les différentes faims. Lesquelles correspondent à un réel besoin physiologique nécessitant un apport de nourriture.

Il y a différents types de faim que l’on peut classer en deux catégories :

  • Les faims physiologiques qui se manifestent progressivement.
  • Les faims non physiologiques qui surviennent d’un coup.

 

LES FAIMS NON PHYSIOLOGIQUES

 

La nourriture éveille vos sens sans même qu’elle ne soit dans votre bouche. Vos sens peuvent s’exciter et créer l’envie de nourriture dans tous les sens selon votre référentiel personnel.

Vos cinq sens : 5 envies de manger :

LES YEUX : LA VUE

C’est l’envie visuelle, vos yeux croisent un met l’envoient très rapidement au cerveau et là miam miam je n’avais pas vu cette part de gâteau qui me semble succulente…

LE NEZ : L’ODORAT

C’est l’envie olfactive, votre nez est capable de reconnaitre plus de 10 000 odeurs différentes ! Grâce aux poils que vous avez dans le nez vos narines captent l’odeur et l’apporte à votre cerveau, huum cette bonne odeur de…

LES OREILLES : L’OUÏE

C’est l’envie auditive, tout se passe par vibration. Le bruit d’une chips qui craque sous les dents de quelqu’un ou le l’huile chaude qui crépisse…

Le son est alors une vibration qui arrivera à vos tympans, puis votre petit organe appelé la cochlée fera de cette vibration un message qui via votre nerf auditif arrivera à votre cerveau huum ce crépitement me donne faim…

LA PEAU : LE TOUCHER

C’est l’envie tactile, dur, mou, chaud, collant, doux…

Vous pouvez sentir beaucoup de choses par votre peau grâce à vos différents récepteurs tactiles, permettant de communiquer avec votre cerveau, tâter ces fruits m’a donné faim…

LA LANGUE : LE GOÛT

C’est l’envie buccale, une faim due à cette envie d’avoir quelque chose d’agréable en bouche.

Votre langue vous permet à travers vos papilles de détecter les différentes saveurs comme : l’amer, l’acide, le sucré, l’umami ( l’umami, d’un mot japonais qui est la contraction de « umai » délicieux et « mi » goût qui signifie donc « goût délicieux »).

il n’y a pas que vos sens pour éveiller de fausses faims :

L’AUTORISATION MORALE : je mérite, je devrais…

Ce sont des faims que vous provoquez en vous persuadant qu’il le faut ou que vous le méritez.

Par exemple, je mérite de manger ceci, car j’ai fait ma séance de HIIT ou il faut que je mange cela, car c’est bon pour la santé, je peux même me resservir…

Vous rationalisez vos excuses, vous vous donnez une autorisation morale.

LES FAIMS PHYSIOLOGIQUES

LA FAIM DE L’ESTOMAC :

C’est la faim qui vient parfois accompagnée de bruit de gargouillement.

Votre estomac vous signale qu’il serait bien de manger avant que le corps ne soit obligé d’utiliser ses réserves de gras. Bien que physiologique y répondre tout de suite n’est pas obligatoire, il peut même être très judicieux de savoir attendre le bon moment.

Le jeûne séquentiel vous permet justement d’utiliser vos réserves de gras, en vous faisant manger à des moments clefs, pour pousser votre corps à utiliser le gras en trop comme énergie et ainsi de le faire fondre 😉.

LA FAIM CELLULAIRE :

De toutes les faims c’est la faim physiologique par excellence, elle répond directement à un manque, un besoin à combler, pour répondre à un déséquilibre, par exemple un manque de sodium, de calcium…

Vos cellules vous parlent et si vous savez les entendre sans les confondre avec toutes les autres faims, elles vous disent quoi manger, pour vous apporter exactement ce dont vous avez besoin.

C’est une faim plus qualitative que quantitative vers laquelle le jeûne séquentiel peut vous amener et ainsi répondre plus précisément à ce dont votre corps a besoin au delà de vos habitudes alimentaires.

Un rééquilibrage alimentaire vous permettant d’élargir le panel des aliments que vous consommez, vous permettra de pouvoir y répondre par les aliments dont vous avez besoin.

C’est une faim ou la réponse se fait plus pressente, surtout si elle est due à un marathon, si c’est le cas il est important de manger rapidement les aliments que votre corps intérieur vous réclame.

Pour gérer tout cela, je vous propose de partir à la découverte de plusieurs astuces.

 

8 ASTUCES POUR MAITRISER VOTRE ALIMENTATION ÉMOTIONNELLE

1. LE HIIT

Le HIIT permet de s’occuper de la partie physiologique, il permet également de débloquer le mental en passant par le corps intérieur. Ceci vous offre la possibilité d’aller jusqu’aux racines de votre système nerveux afin de déraciner des émotions bloquées.

L’intensité du HIIT vous permettra d’aller en profondeur et d’agir de l’intérieur vers l’extérieur, pour libérer votre esprit et pour UN CORPS AU TOP !!!

Si vous ne savez ce qu’est le HIIT, vous pouvez lire l’article HIIT KÉZAKO

2. LE JEÛNE SÉQUENTIEL

Comme expliqué à plusieurs reprises dans cet article, le jeûne séquentiel est idéal pour vous aider à avoir un rapport sain avec la nourriture. Pour aller plus loin, je vous encourage à lire mon article la révolution du jeûne séquentiel.

3. LE RÉÉQUILIBRAGE ALIMENTAIRE

Manger sans faim peut-être le fait d’un mauvais équilibre alimentaire, votre corps vous réclame des aliments indispensables à son équilibre, vous mangez, mais vous ne lui apportez pas ce dont vos cellules ont besoin. Pour répondre à cet appel et combler cette carence nutritionnelle, un rééquilibrage alimentaire vous sera nécessaire.

Un rééquilibrage alimentaire c’est une alimentation saine et diversifiée tout en vous faisant plaisir pour UN CORPS AU TOP !!!

Vous pouvez trouver votre bonheur grâce aux nombreux conseils dans la rubrique alimentation 😉.

4. PASSÉ AU PRÉSENT

Votre mode de fonctionnement répond à des évènements du contexte qui vous replonge dans des habitudes alimentaires néfastes à votre équilibre, qui vous font prendre du gras.

Ce mode de fonctionnement est basé sur des faits passés conscients ou inconscients. Il est important de comprendre que cela vient d’événements du passé. Comprenez bien que votre passé est encore présent, cette compréhension vous permettra de ne pas perdre votre temps à vous battre contre des circonstances extérieures, sans vous rendre compte qu’à présent il ne s’agit plus de l’extérieur, mais d’un passé intériorisé qui s’exprime dans votre présent.

Si vous souhaitez changer cette habitude comportementale, il faut que vous puissiez comprendre que l’alimentation émotionnelle (sans faim) est le prolongement d’un processus physiologique. C’est-à-dire qui est à présent à l’intérieur de vous pour répondre à une émotion.

Le passé ne pouvant être changé il s’agit de s’intéresser au présent.

Votre état de stress interne peut-être régulé.

Votre corps intérieur est souple est peut-être changé pour UN CORPS AU TOP !!!

Agissez donc à présent pour guérir le passé en vous concentrant sur ce qui est important aujourd’hui.

Au lieu de subir le passé de façon inconsciente, de le nier ou l’ignorer consciemment en compensant par la nourriture, laisser le passer au passé en vous concentrant sur vos enjeux actuels, sur votre vie présente. Vous agirez ainsi sur votre physiologie pour vivre au présent.

Vous pourrez ainsi agir sur le deuxième temps de l’émotion le seul où vous avez le pouvoir de tout changer.

Ce qui vous aidera à revenir dans une alimentation qui vous convient, dans laquelle vous aller digérer le passer, car grâce à l’émotion ramenée au présent votre physiologie n’est plus bloquée dans le passé et se remet en mouvement (émovéré).

Concentrez-vous sur ce qui fera une différence positive dans votre vie aujourd’hui.

Il vous faut donc développer cette faculté à vous relier à vous-même, à votre corps intérieur, votre physiologie, à vos émotions et donc à vos besoins.

Tout cela va vous rendre meilleur dans le sens ou vous serez plus éveillé, plus conscient, plus présent dans votre vie.

Ce qui va vous donner accès à un processus d’auto empathie, c’est-à-dire la capacité de vous relier à vous-même dans les moments difficiles.

Ainsi vous êtes capable de vous réguler vous-même par rapport à vos besoins de comprendre vos émotions quand elle arrive, de dédramatiser même les réactions excessives de les vivre pleinement sans culpabiliser.

Comprendre vos besoins vous relie aussi aux autres et donc vous permet de comprendre les besoins des autres. Cela va vous permettre de vivre en interdépendance, ce qui vous apporte une plus grande sécurité émotionnelle.

Comprendre les besoins des autres vous permet de formuler vos propres besoins, et de rentrer dans un dialogue constructif.

Vous arrivez à formuler vos besoins par rapport à vos émotions, votre ressenti. Vous pouvez donc vous prendre en compte tout en prenant l’autre également en compte et formuler des propositions adéquates.

Ce qui signifie que vous vous offrez le choix entre votre perception, votre émotion et votre réaction (manger sans faim), vous créez un espace de liberté.

5. SAVOIR IDENTIFIER VOS ÉMOTIONS

 

Le but est de sortir d’un système d’alerte et de passer à un système d’accueille.

Devenir plus flexible grâce à une fine identification de vos émotions et ainsi ne plus être amené à manger pour combler une émotion mal digérée.

Pour cela il va falloir ne plus fuir devant vos émotions en vous réfugiant vers la nourriture, car il s’agit de libérer l’émotion et non plus de l’enfouir en vous, ce qui crée un stress interne entretenu par un état physiologique récurrent.

Comment faire ?

Lorsque vous avez une émotion, il faut qu’elle puisse être libérée. Quand vous ressentez une émotion qui peut vous poussez à manger, prenez une pause arrêtez tout. Vous ressentez une émotion votre système nerveux autonome passe en mode défensif c’est la première étape, c’est normal.

La pause vous permet de ne pas réagir à chaud et de passer au deuxième temps, l’analyse. C’est là qu’est votre pouvoir, car le déclenchement de vos émotions est instinctif , seule leurs régulations peut-être sous votre contrôle.

Prenez le temps de vous demander de quelle faim il s’agit ? Qu’est-ce qui a provoqué cette émotion ? Comment je me sent dans ma tête, dans mon corps ?

Posez-vous, asseyez-vous si possible, pour laisser vivre l’émotion sentir son intensité, sentir ou vous en êtes et la laisser retomber. Vous pouvez même écrire ce que vous ressentez cela peut-être encore plus efficace et libérateur.

Le processus généré par une émotion négative va pouvoir se dérouler jusqu’au bout, si vous libérez l’émotion alors vous vous libérez de l’alimentation émotionnelle par la même occasion.

Savoir identifié vos émotions n’est pas facile, comme le disait Victor Hugo dans sont plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort dans sont roman le dernier jour d’un condamné : « Les mots manquent aux émotions »

Il est souvent dit qu’un stress est mauvais pour la santé, mais c’est faux, ce qui est mauvais pour votre santé c’est un stress refoulé poussant vers des habitudes réactionnelles de stress comme manger ses émotions au chocolat 😉.

Vous connaissez sûrement les 6 émotions primaires qui sont la peur, la joie, la colère, le dégoût, la tristesse, la surprise.

Vous avez peut-être remarqué qu’il y a plus d’émotions négatives que positives c’est tout à fait normal, car pour votre corps il s’agit de survie. Le plus important pour votre système nerveux archaïque est que vous restiez en vie et pour cela il est très efficace, la preuve vous êtes en vie. La peur est donc l’émotion maîtresse, une émotion qu’il faut apprendre à voir et à déchiffrer pour comprendre qu’elle est vitale.

Comme je vous l’ai déjà dit, c’est à vous de faire le reste du travail pour passer d’un système d’alerte à un système qui accueille l’émotion. C’est en fonction de votre capacité à identifier vos émotions que votre cerveau régule vos réponses, pour une croissance vers une plus grande autonomie.

Pour aider votre cerveau ainsi que votre physiologie (donc votre tête et votre corps), il est bénéfique d’avoir un vocabulaire plus riche pour détailler vos expériences émotionnelles.

Vous avez le pouvoir de créer des émotions plus adaptées, de diminuer la charge affective en apprenant différents concepts émotionnels. Votre physiologie, votre état de stress interne pourra t-être ainsi régulé au niveau hormonal (en diminuant le cortisol, hormone du stress), au niveau mental, au niveau émotionnel…

C’est justement ce système d’adaptation qui entraine parfois une habitude de fonctionnement menant vers l’alimentation émotionnelle (sans faim).

Vous devez chercher à créer un espace entre l’intensité du stimulus qui produit une réaction corporelle (ou physiologique) et l’intégration cérébrale (ou le système affectif intervient).

Pour cela vous pouvez vous entrainer à apprendre de nouveaux mots liés aux émotions, afin que votre cerveau les intègre. Il suffit d’apprendre de nouveaux mots liés aux concepts d’émotions et de retenir leur signification. En les incorporant à votre vocabulaire, le cerveau va les appliquer automatiquement.

Ce qui vous permettra de vivre vos émotions comme des fonctions adaptatives essentielles à votre vie.

L’émotion est toujours là, mais c’est la façon d’y réagir est modifiée et ça fait toute la différence.

6.LA GRANULARITÉ ÉMOTIONNELLE

 

C’est pouvoir utiliser des mots différents pour expliquer et comprendre vos émotions, ce qui vous permet de vous relier à votre monde intérieur pour mieux vivre le monde extérieur.

C’est pouvoir vivre les expériences négatives et en ressortir grandi, c’est diminuer les risques d’alimentation émotionnelle (sans faim).

Vous voilà plus riche et mieux armé pour faire face à vos émotions et donc à l’alimentation émotionnelle (sans faim).

VOIR AU-DELÀ DE VOS 6 ÉMOTIONS DE BASE

Alan S. Cowen et Dacher Keltner, des psychologues de l’université de Californie à Berkeley ont publié dans la revue se nommant « Proceedings of the National Academy of Sciences » de quoi nourrir votre vocabulaire et vous permettre d’être plus en phase et intelligent avec vos émotions afin de mieux les digérer.

Ils sont allés au-delà des 6 émotions de base : « En utilisant des méthodes statistiques pour analyser les rapports d’états émotionnels provoqués par 2185 courtes vidéos émotionnellement évocatrices, avec un contenu situationnel très varié, nous avons découvert 27 variétés d’expérience émotionnelle rapportées »

Intéressant non ? vous passez donc de 6 à 27 émotions de bases.

les voici  :

Admiration/ malaise/ adoration/ amusement/ anxiété/ appréciation esthétique/ colère/ confusion/ horreur/ envie/

intrigue/ émerveillement/ calme/ peur/ intérêt/ joie/ nostalgie/ désir sexuel/ satisfaction/ ennui/ dégoût/ tristesse/ romance/

douleur empathique/ excitation/ soulagement/ surprise.

Peut-être me direz-vous que vous n’y trouvez pas votre compte. Okay alors je vous ai listé 97 mots pour mieux exprimer vos émotions  regroupés sous vos 6 émotions de bases.

 

LA PEUR

 

Affres/ Crispation/ Crainte/ Appréhension/ Inquiétude/ Choque/ Paralysie/ Détresse/ Panique/ Méfiance/ Inquiétude/ Angoisse/ Préoccupation/ Effroi/ Souci/ Tension/ Venette/ Pusillanimité…

 

LA JOIE

Gratitude/ Optimisme/ Euphorie/ Enchantement/ Ravissement/ Gaieté/ Entrain/ Passion/ Plaisir/ Délectation/ Décontraction/ Jovialité/ Jouissance/ Affabilité/ Ferveur/ Réjouissance/ Allégresse…

 

LA COLÈRE

Agressivité/ Affront/ Férocité/ Hargne/ Contrariété/ Hostilité/ Rage/ Amertume/ Haine/ Couroux/ Véhémence/ Exaspération/ Rogne/ Animosité/ Rancoeur/ Ire…

 

LE DÉGOÛT

Écoeurement/Répugnance/Mépris/Blasement/répulsion/Relent/Aversion/Exécration/Réjection/Nauséabond/Abjection/ Fétidité/Pestilence/Empuantissement/Révulsion/Purulence/Sanie…

 

LA TRISTESSE

Contrariété/Abattement/Déception/Culpabilité/Solitude/Blessure/Chagrin/Désolation/Désespérance/Désarroi/ Morosité/Désenchantement/Atrabilaire/Navrement…

 

LA SURPRISE

Stupéfaction/Émerveillement/Étonnement/Ébahissement/Sidération/Éblouissement/Effarement/Saisissement/Guet-apens/Épatement/Abasourdissement/Éffroi/Consternation/Hébétement/Pétrification…

 

7.LA COHÉRENCE CARDIAQUE

Vos émotions influences votre rythme cardiaque, la cohérence cardiaque est au carrefour de vos émotions. Votre cœur et votre cerveau communiquent en permanence et s’influencent mutuellement. Le cœur est au cœur du système nerveux autonome. La cohérence cardiaque agit sur la variabilité de votre rythme cardiaque, qui est l’une des manifestations physiologiques de vos émotions. Elle favorise l’équilibre de votre système nerveux autonome.

En pratique :

  • Commencez avec une intention, l’intension de vous relaxer de vous faire du bien…
  • Asseyez-vous, le dos bien droit, les pieds posés au sol, les mains sur les genoux.
  • Inspirez 5 secondes et expirez 5 secondes lentement à chaque fois.
  • Focalisez votre attention sur votre respiration en fermant les yeux pour ne pas vous disperser.
  • Faites l’exercice durant cinq minutes.

C’est aussi simple que ça 😊

Les bienfaits sont nombreux :

  • Une plus grande clarté mentale, meilleure perception des situations
  • Augmentation des capacités intellectuelles
  • Augmentation de la DHEA, hormone de jouvence qui ralentit le vieillissement.
  • Réduction du stress
  • Augmentation de l’énergie
  • Diminution des troubles de l’attention
  • Augmentation de l’équilibre émotionnel
  • Amélioration de la qualité de présence
  • Amélioration du sommeil
  • Action favorable sur les hormones qui véhiculent les émotions
  • Augmentation du système immunitaire
  • Perte de gras

8 LA MÉDITATION DE PLEINE CONSCIENCE

Comme vu plus haut votre cortex préfrontal, est la zone ou œuvre les processus de votre personnalité, vous aide à contrôler les impulsions, gérer vos émotions, à prendre une décision pour réagir à l’information.

C’est dans cette zone qu’on lieux les ruminations mentales (un flot incessant de pensées et d’émotions), vous pouvez grâce à la méditation de pleine conscience développer votre capacité à regarder vos émotions pour en faire des solutions et non plus des problèmes.

Vous pouvez vous servir de votre mental qui vagabonde en le faisant basculer à un mental plus conscient et ainsi vous êtes pleinement là. Vous observez vos pensées, vos émotions, vous vous offrez un espace de quiétude, reproductible à souhait et qui vous servira lorsque vous ressentirez une émotion qui pourrait vous amenez vers de l’alimentation émotionnelle.

Avec la médiation de pleine conscience, on arrive à avoir le choix de prendre ou non cette charge affective.

Vous avez la capacité de passer de l’un à l’autre, car les deux vous seront utiles pour augmenter vos capacités à trouver des solutions aux problèmes. La méditation de pleine conscience vous permet de regarder les problèmes en face, de ne plus les enfouir en vous pour en faire des difficultés et ne plus avoir à les cacher derrière une montagne de nourriture.

Cet ensemble d’astuce de technique a pour but de vous permettre de vous construire votre boite à outils afin que vous puissiez apprendre à vivre autrement vos émotions, pour en faire vos alliés.

Pour changer votre rapport à la nourriture émotionnelle de façon à ce qu’elle ne vous soit plus néfaste.

Testez et voyez pour trouver ce qui vous convient, ce qui est le plus efficace pour vous.

Vous avez votre propre singularité, certaines techniques auront plus d’effet sur vous que sur d’autres personnes.

Retenez bien que l’alimentation émotionnelle n’est pas un problème c’est une conséquence qui vous indique un problème. Vous venez de voir comment en prendre conscience pour que l’alimention ne soit plus un problème.

Vous voilà maintenant équipé pour plus de sérénité pour votre vie en générale et en matière d’alimentation.

Pratiquez-vous déjà une de ces approches ?

Si oui que vous à t-elle apporté ?

VOUS ÊTES AU TOP !!!

Partager l'article :

2 commentaires

  • Laurent Juraver

    Bonjour !
    C’est super! Merci pour ton retour d’expérience 👍
    C’est un grand plaisir de pouvoir lire que tu commences à vivre tes émotions autrement.
    Tu verras sûrement par la suite comme elles vont énormément t’apporter.
    Merci encore pour ton retour TU ES AU TOP !!

  • Me

    Bonjour Laurent,

    Ton article comme habituellement est extrêmement intéressant et précis.🧐

    J’ai entamé il y a peu une séance d’hypnose car j’ai conscience d’avoir des difficultés à gérer mes émotions qui me créent du stress…🥵

    Durant cette séance, j’ai identifié une émotion qui m’est négative. Et je l’ai juste observé. Je lui ai laissé l’espace de s’exprimer. Je l’ai ressenti prendre différentes formes à différents endroits…puis elle s’est évanoui comme elle est venu en à peine quelques minutes.

    Alors qu’habituellement j’essaie de la bloqué et elle prend beaucoup plus d’importance et dure beaucoup plus longtemps.🤔

    Voilà c’était mon petit retour d’expérience sur ce que tu décris dans ton article…

    Merci pour la qualité de tes articles 🤓

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.