Jeûne séquentiel

JE NE PEUX PAS JEÛNER JE VAIS MOURIR DE FAIM !!!

Temps de Lecture: 10 min

Rares sont les personnes avec lesquelles je discute qui doute réellement du fait que le jeûne séquentiel leur fera perdre du gras.

Si le doute est écarté alors pourquoi ne se lancent-ils pas dans cette formidable aventure qu’est le jeûne séquentiel ?

Certains m’invoquent le fait d’être des épicuriens, c’est une excellente nouvelle, car Épicure vous conseillerait sûrement la pratique du jeûne séquentiel s’il était encore en vie.

L’épicurisme est bien plus basé sur la juste mesure que sur la démesure, les propos du philosophe ont juste été déformés par ses opposants, bref… encore de fausses informations…

En fin de compte ce que l’on peut lire en filigrane c’est que derrière les excuses pour ne pas commencer le jeûne séquentiel il y a surtout la peur de la faim.

 

VOUS ÊTES COMME LE CHIEN DE PAVLOV

Pavlov est un physiologiste de la fin du 19e, début du 20e siècle qui obtint le prix Nobel de physiologie grâce à une expérience sur les sécrétions de la glande salivaire du chien.

Tous les jours, Pavlov donnait au chien de la nourriture à la même heure en testant différents stimulus sonores qu’il répétait chaque fois avant l’arrivée de la nourriture.

Il constata que le chien salivait dès la perception du son.

Le chien avait donc associé le son à son repas, il avait alors appris à associer un stimulus neutre, le son, avec un stimulus porteur de sens, le repas, c’est ce que Pavlov appela le conditionnement pavlovien.

L’habitude et le conditionnement créent donc des réflexes physiologiques de par les traces qu’il laisse dans le cerveau créant des connexions et des associations de sens faisant saliver le chien par un stimulus (le son) qui au départ n’était pas porteur de sens pour lui.

Certains stimulus vous donnent évidemment faim comme l’odeur de cuisson d’un aliment que vous appréciez, d’autres stimulus sont associés à la nourriture alors qu’ils n’ont pas de rapport direct avec la nourriture. Il s’agit donc d’un réflexe de conditionnement pavlovien qui vous donne faim.

Vous sentez que vous salivez et tout votre système digestif se prépare à recevoir de la nourriture, car vous êtes conditionné à grignoter en regardant un film par exemple ou à manger une barre de chocolat en rentrant du boulot…

Vous êtes donc comme le chien de Pavlov vous avez fait des associations, qui n’ont rien à voir au départ et qui vous donnent faim à l’arrivée.

Vous êtes conditionné à avoir faim à des moments précis et en plus vous êtes attaqué de toutes parts par des références à la nourriture (publicités, boulangeries, fast food…)

Les marques de fast food et autres s’en donnent à cœur joie pour que vous fassiez des associations concernant leurs produits.

L’erreur majeure des personnes parlant de jeûne séquentiel et ayant peur de ne pas pouvoir tenir physiologiquement, est de penser que justement c’est au niveau physiologique que le problème se pose alors qu’en réalité c’est au niveau psychologique que cela se passe réellement.

L’obstacle est dans votre tête, pas dans votre corps, car votre corps peut même rester plusieurs jours sans manger sans aucun problème. Selon une étude menée entre 2003 et 2004, un adulte de taille moyenne peut tenir quasiment deux mois sans manger, à condition bien sûr de boire. Le problème ne se pose même pas puisqu’avec le jeûne séquentiel vous êtes assuré de manger tous les jours.

Dans une société d’abondance ou la faim est continuellement stimulée ou les habitudes sont fortement ancrées comme le petit déjeuner par exemple, il parait pour certain inconcevable de pratiquer le jeûne séquentiel.

 

CESSEZ D’ÊTRE LE CHIEN DE PAVLOV

Le jeûne séquentiel permet de casser les mauvaises habitudes et les réflexes conditionnés.

Vous n’êtes plus dans ce piège ou vous mangez en fonction des circonstances ou de l’heure.

Nombreuses sont les idées fausses sur le jeûne séquentiel véhiculées par des personnes mal conseillées et des non pratiquants.

Les études sur le sujet, mon expérience personnelle ainsi que d’innombrables témoignages des pratiquants du jeûne séquentiel, nous apprennent que la pratique du jeûne séquentiel permet de diminuer la sensation de faim.

Les personnes non pratiquantes s’imaginent qu’elles vont mourir de faim et se précipiter sur tout et n’importe quoi, tels des morts de faim.

C’est en effet ce qui se produit lors d’un régime, mais il y a ici un très grand, MAIS, car comme je ne cesserai de le répéter, le jeûne séquentiel n’est pas un régime, c’est un mode de vie.

Un régime frustre, affame, vous dérègle au niveau hormonal, c’est l’exact opposé d’un jeûne séquentiel qui lui va rééquilibrer vos hormones, faire baisser votre sensation de faim au quotidien et ainsi vous permettre un rapport plus sain à la nourriture.

Un régime baisse votre métabolisme, vous met en « mode famine » (thermogénèse adaptative), en plus de cette diminution de dépense énergétique au repos (qui occasionnera une prise de gras) vous aurez faim, très faim et très souvent pour ne pas dire tout le temps.

C’est souvent en partant de cette mauvaise expérience vue ou vécue que les non-pratiquants du jeûne séquentiel s’imaginent avoir très faim tout le temps en le pratiquant…

Le jeûne séquentiel ce n’est pas se priver, le jeûne séquentiel c’est choisir, vous donner la possibilité de faire selon vos propres choix, ne plus subir, ne plus être victime, mais redevenir maitre de vos choix et d’enfin mettre fin à cette faim sans fin et goûter à la liberté.

Il est important de comprendre que le jeûne séquentiel est un choix et non une obligation, un choix pour perdre du gras en santé.

Un choix de pratiquer la gratification différée, c’est-à-dire de choisir de remettre certains plaisirs à plus tard, comme le plaisir de manger, car vous avez conscience des bienfaits, de la perte de gras et du rééquilibrage hormonal que cela représente.

Vous avez enfin l’opportunité d’être vous, de connecter votre corps et votre esprit.

Je vous parle de votre corps et de votre esprit, car comme je vous l’ai dit contrairement à ce que beaucoup de personnes pensent, c’est dans votre tête que nait la sensation de faim, elle n’est pas la suite logique d’un estomac vide signalant à votre cerveau qu’il faut le remplir.

Votre sensation de faim n’est pas en rapport direct avec l’état de remplissage de votre estomac.

La sensation de faim est liée à des habitudes, vous avez faim par habitude et êtes sensible à certain stimulus comme je vous l’explique également dans l’article « stop à l’alimentation émotionnelle (sans faim) ».

La faim répond donc à des stimulus et des habitudes.

Si vous avez l’habitude de manger à une heure précise, vous aurez un réflexe conditionné et sentirez à coup sûr la faim monter au fur et à mesure que cette heure approche.

Il s’agit donc d’un obstacle plus mental que physiologique, la faim est biologiquement la manifestation de vos habitudes.

Le jeûne séquentiel permet de réapprendre à éprouver la vraie faim et à faire taire les faims causées par des habitudes ou des réflexes conditionnés.

Le jeûne séquentiel vous apprend à avoir un autre rapport à la faim, un rapport sain et simple.

Vous comprenez les signaux et vous gérez votre faim avec beaucoup plus de facilité.

Vous n’êtes plus comme le chien de Pavlov et reprenez le contrôle de votre appétit.

 

LE JEÛNE RYTHMIQUE CIRCADIEN

Le jeûne rythmique circadien permet à votre niveau d’insuline de baisser à un assez faible niveau.

Depuis des millénaires, l’être humain est synchronisé avec le rythme circadien c’est-à-dire le cycle jour/nuit.

Toute votre physiologie (organes, tissus) s’est adaptée à la nourriture diurne (de jour). L’alimentation nocturne va à l’encontre de votre nature, c’est pour cela qu’elle est associée à un risque beaucoup plus élevé de prise de gras.

Une étude de chercheurs d’une université américaine située dans le Tuscaloosa (Université de l’Alabama) a été menée sur un groupe d’hommes obèses atteints de prédiabète. Le prédiabète c’est avoir un taux de sucre dans le sang (glycémie), au-dessus de la norme, mais pas encore assez élévé pour poser un diagnostic de diabète.

Tous les repas étaient pris comme d’habitude, mais dans une période de huit heures et tôt dans la journée c’est-à-dire de 7 h à 15 h pour le premier groupe et sur 12 heures c’est-à-dire entre 7 h et 19 h pour le deuxième groupe.

Résultat à première vue mitigé, vu qu’il n’y a pas eu de différence visuelle entre les deux groupes qui ont gardé leur poids de départ.

Par contre, il y eut une grosse différence entre les deux groupes puisqu’après cinq semaines, le premier groupe, celui de huit heures (7 h à 15 h) avait des niveaux d’insuline incroyablement inférieurs (condition parfaite pour pouvoir perdre du gras) et une sensibilité à l’insuline significativement améliorée.

Chez les personnes étant en surpoids, l’action de l’insuline est souvent perturbée. Les organes ne réussissent plus à capter et à entreposer efficacement le sucre ils développent alors une « résistantes à l’insuline » ce qui favorise entre autres l’accumulation de gras sanguin.

Le groupe de huit heures contrairement à ce que l’on pourrait penser à première vue avait également une diminution significative de l’appétit.

Le fait de changer leurs habitudes leur a permis de mieux gérer leur faim, leur santé et a énormément favorisé leur métabolisme.

POURQUOI N’ONT-ILS PAS PERDU DE GRAS ?

Ce changement pour un jeûne rythmique circadien a reconnecté les participants à leur nature profonde à leur physiologie et de nombreuses transformations internes ont eu lieu.

Le jeûne rythmique circadien à tout mis en œuvre pour préparer leur corps à la perte de gras tout en renforçant la santé des participants.

Lors des jeûnes rythmiques circadien les périodes de repas sont limitées sur une période de 8 à 10 h dans la journée ce qui pourrait ressembler au jeûne séquentiel, mais la différence principale se trouve dans la prise de repas, dans le nombre de prises de repas.

Toutes les approches de jeûne ne sont pas les mêmes, et ne permettent pas d’obtenir les mêmes résultats.

Le jeûne séquentiel est un protocole précis extrêmement efficace et durable. Le moment du repas et le nombre de repas à une importance cruciale et centrale.

Il s’agit de manger à votre faim sans grignoter sur trois repas pour commencer et basculer ensuite sur deux repas.

La magie opère comme pour le jeûne rythmique circadien vous reprenez le contrôle de votre appétit et en plus et même un gros plus avec le jeûne séquentiel vous perdez du gras.

Je vous encourage fortement pour des résultats encore plus rapides et pour profiter de votre santé de fer retrouvée grâce au jeûne séquentiel de pratiquer le HIIT tout en ayant une alimentation au top avec un bon rééquilibrage alimentaire.

Avez-vous peur d’avoir une faim ingérable en pratiquant le jeûne séquentiel ?

Pensez-vous que la faim est plus intense lorsque l’on pratique le jeûne séquentiel ?

VOUS ÊTES AU TOP !!

Partager l'article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.